PATRIMOINE

Restauration du Couvent des Carmélites

Depuis le grand incendie de 2006, le site du Sacré-Cœur, patrimoine historique datant du XVIIe siècle, a beaucoup souffert. Aujourd'hui, un projet de restauration à des fins culturelles est enclenché.

Informations annexes au site

Faire un don

L'histoire du Couvent

Nombreux sont les Ploërmelais qui ont usé les bancs du collège Le Sacré-Coeur.

Ceci explique en grande partie la stupeur des habitants au réveil, lorsqu’ils ont découvert les trois quarts des 4500 m2 de l’établissement partis en fumée. Des bâtiments réduits en poussière, et quelques salles de classe de l’ancien collège devenues inutilisables, voilà ce qu’a laissé derrière lui l’incendie dramatique survenu lors de cette nuit de mars 2006 : il aura fallu quelques heures aux flammes pour mettre à terre des décennies d’Histoire de la ville.

Un coup de pouce de Stéphane Bern
Après 13 ans de réflexion sur la restauration de l’ancien couvent des carmélites, et après de multiples propositions de réalisations, la ville s’apprête à recevoir une aide importante et non négligeable, celle de l’animateur télé bien connu des amoureux de la culture : Stéphane Bern. Ce dernier représente la Fondation du Patrimoine, créée afin d’apporter un soutien financier dans la restauration ou la réhabilitation de monuments, pour sauvegarder le patrimoine français dans toute sa diversité.

Ainsi, chacun peut soutenir le projet et apporter un don.

Un chantier sur plusieurs années

Suivez le chantier et sa progression en vidéo.

Les 1ères images du chantier

Rappel historique

Dans la nuit du 1er au 2 mars 2006, un terrible incendie se déclare dans l’ancien couvent du Sacré Cœur. Les ¾ des 4 500 m² de bâtiments sont  ravagés  par les flammes qui embraseront le cloître, les ailes du couvent et la chapelle. La stupéfaction passée, le bâtiment est immédiatement sécurisé.

Depuis lors, plusieurs actions ont été menées pour, à la fois restaurer ce site remarquable de la ville mais également pour le consacrer à une nouvelle utilité urbaine et sociale.
Le contexte économique des années qui ont suivi la crise de 2008, la complexité du dossier, les difficultés de financement n’ont pas permis d’aboutir concrètement jusqu’à aujourd’hui.

Pour autant, un certain nombre d’études ont été menées sur le bâtiment ; certaines ayant vocation à envisager la réhabilitation totale de l’ensemble dans son aspect originel, d’autres se consacrant à chercher des voies de réhabilitation et d’occupations nouvelles de types logements collectifs, espaces publics, etc…

La décision de la réhabilitation

La ville de Ploërmel a dût faire face à une réalité qui, chaque jour écoulé, se transforme en urgence. En effet, l’état des bâtiments se dégrade et le danger pour la sécurité publique croît.
Après de multiples concertations et en s’appuyant sur la volonté des services de l'Etat d'accompagner la commune, les partenaires sont convenus de dresser un plan stratégique de travaux en 3 phases comprenant :

  • La restauration de la Chapelle
  • La restauration du chœur des religieuses appelé aussi « le petit théâtre »
  • La démolition du bâtiment rue du Sénéchal Thuault et de la maison de la Tourière

La restauration de la Chapelle

Il s’agit de travaux, sous les spécifications de l’Architecte des Bâtiments de France et de la conservation régionale des monuments historiques, visant à restituer les volumes originels de la chapelle et à doter cette dernière d’une couverture adaptée de manière à ce qu’elle puisse être de nouveau utilisée et accueillir du public.

La restauration du choeur des religieuses

Là encore, il s’agit de travaux, sous les spécifications de l’Architecte des Bâtiments de France et de la conservation régionale des monuments historiques, visant à restituer les volumes originels du bâtiment, à le doter d’une couverture adaptée de manière à ce qu’il puisse être utilisé et accueillir du public.

Démolir pour sécuriser le site

  • Démolition de l’immeuble, rue du Sénéchal Thuault

L’immeuble de type architectural des années 1950/1960 est un bâtiment longitudinal perçu comme une barre et construit au XXème siècle. Il est bâti à l’alignement de la chaussée, entre le bâtiment Nord et la Maison de la Tourière.

C’est une construction rectangulaire sur 4 niveaux, en béton avec bande vitrée filante; les étages courants étant percés de larges ouvertures.
Son architecture est moderne et son gabarit le distingue des bâtiments alentours.

Suite à l’incendie, une succession de pathologies liées à cette catastrophe, se sont déclarées au sein de l’édifice. Malgré plusieurs actions de mise en sécurité, de purges…, l’édifice est très dégradé et présente un très mauvais état général d’autant plus que les infiltrations d’eau accentuent la perte de cohésion des maçonneries.

  • Démolition de la maison de la Tourière

Il s’agit d’une petite maison en alignement de l’ancienne rue des forges, avant 1828. Elle est composée de 3 niveaux dont les combles avec lucarnes. Elle est couverte d’une toiture en ardoise à deux pans. Ses façades sont en maçonnerie enduite percées de baies verticales aux encadrements en granit.

Suite des travaux

Partie 1 : "La restauration de la chapelle et du chœur des

religieuses », doit être suivi d’une seconde partie consacrée au reste

de l’ensemble immobilier et qui comportera :

  • La mise en sécurité des autres bâtiments touchés et endommagés par l’incendie de 2006 ;
  • La rénovation du cloître et sa mise en valeur architecturale et artistique au terme d’un projet culturel à penser et à construire ;
  • L’utilisation des bâtiments conventuels par l’émergence de projets immobiliers sous maitrise d’ouvrage publique ou privée (bureaux, appartements, commerces, entreprises, lieux publics…) dont le programme reste à concevoir et à construire, si cela demeure possible ;
  • L’aménagement paysager de l’ensemble en lien avec l’environnement immédiat du quartier et l’aménagement de la liaison douce avec la place de l’Hôtel de ville.

Un projet cuturel

Le projet de réhabilitation du Couvent des Carmélites est à visée culturelle, avec l'aménagement de la chapelle en salle de concerts et de conférences, du choeur des religieuses en salle d'exposition et de l'aile Ouest du couvent en annexes (loges, vestiaire du public, sanitaires, local technique).

Les extérieurs seront ouverts au public, offrant une liaison piétonne permettant de rejoindre le centre-ville et notamment la place de la Mairie.

Soutenir le projet

Le projet de reconstruction est soutenu par la Fondation du Patrimoine et le Ministère de la Culture. Un appel aux dons est mis en place, invitant à soutenir le projet de réhabilitation du Couvent des Carmélites en un lieu culturel.

Les dons reversés reçoivent un contrepartie, selon la somme versée :

  • invitation à l'inauguration des travaux
  • accès gratuit aux événements organisés dans le futur centre culturel dans l'année qui suit l'inauguration

Bénéficiez d’une défiscalisation d’une partie de votre don : je donne 10€, je récupère 6€ sur ma feuille d’imposition.

Comment ?

Connectez-vous sur missionbern.fr ou fondationdupatrimoine.fr pour apporter votre soutien,